“Seul l'arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux, car c'est dans cette lutte que ses racines, mises à l'épreuve, se fortifient. ”
Sénèque


 

Bonjour à toutes et à tous,

 

Le Coronavirus nouveau a commencé à pointer son sale petit museau fin 2019. Les scientifiques l’ont tout de suite séquencé et appelé le "SARS-CoV-2" en même temps qu’ils l’identifiaient comme étant l'agent responsable de cette toute nouvelle maladie infectieuse respiratoire appelée la Covid-19 (Covid pour CoronaVIrus Disease et 19 pour l’année de sa découverte).

Jusque-là rien de bien inquiétant me direz-vous ! Ce virus ne mesure en effet que de 60 à 140 millionième de millimètre. Pas de quoi fouetter un pangolin ! D’ailleurs le Professeur Didier RAOULT lui-même déclarait péremptoire (comme toujours) le 21 janvier 2020 : « C’est vrai que le monde est devenu complètement fou. C’est à dire qu’il se passe un truc où il y a trois Chinois qui meurent et ça fait une alerte mondiale, l'OMS s'en mêle, ça passe à la radio, à la télévision… » A l’époque donc, cet éminent professeur, "la star des maladies infectieuses…",1 au "cursus qui fait rêver à peu près n’importe qui…"1 jugeait qu’il n’était "pas sérieux" que l’on s’inquiète de cette "grippette".

Cela dit, j’ai effectivement l’impression qu’en plus des symptômes de plus en plus nombreux décrits au fur et à mesure que l’on découvrait cette grippe assassine (moins mortelle cependant, jusqu’à maintenant en tout cas, que celles qui l’ont précédée)2 on a oublié de dire qu’en plus, la Covid-19 rendait fou. Qu’elle rendait fou en tout cas certains d’entre nous (professeurs de médecine, politiques, journalistes…) Et que de ce point de vue, Marseille n’a pas été épargnée non plus !

Malgré tout, le 11 mars 2020, l’OMS persistait et signait, annonçant que la Covid-19 pouvait être qualifiée de pandémie, « la première déclenchée par un coronavirus ».
Et dans son allocution télévisée du 16 mars 2020, notre Président de la République nous annonçait que le "confinement" était une priorité absolue, ajoutant sur un ton martial : « … Nous sommes en guerre. Et la nation soutiendra ses enfants, qui, personnels soignants, en ville, à l’hôpital, se trouvent en première ligne dans un combat qui va leur demander énergie, détermination, solidarité. »

Nous nous y attendions. Ça semblait d’ailleurs être la seule solution raisonnable au point où nous en étions, mais nous eûmes malgré tout un peu de mal à y croire sur le moment…

On se souvenait bien sûr du rendez-vous manqué de 2009 avec la pandémie de grippe H1N1, mais on avait presqu’oublié la grippe espagnole de 1918, en dehors des quelques rares anecdotes qui étaient parvenues jusqu’à nous, en se transmettant de génération en génération. Elle fut pourtant la première grande pandémie des temps modernes et aurait fait près de 100 millions de morts à travers le monde. Beaucoup plus que le massacre abominable que fut la guerre de 14-18, dont on parle par contre encore très régulièrement dans de nombreuses familles.

Certain(e)s se souvenaient peut-être aussi de ce que leurs parents leur avaient raconté sur la grippe asiatique, pandémie mondiale qui a duré de 1956 à 1958 et aurait fait 2 millions de morts selon l’OMS. J’étais pour ma part pré-ado et je n’en ai aucun souvenir, bien que la majorité des victimes aient alors été surtout des adolescents. Je me souviens par contre très bien de ce que la radio et les journaux racontaient à la même époque sur les horreurs de la guerre d’Algérie.

Enfin, si peu de gens se souvenaient de la grippe de Hong Kong, pandémie qui s'est pourtant répandue dans le monde entier entre l'été 1968 et le printemps 1970 et qui tué environ 1 million de personnes à travers le monde. Beaucoup se souvenaient par contre des barricades du Quartier latin en mai 1968, du "Printemps" de Prague et de la guerre du Vietnam.

Mais, quelle que soit la gravité de la situation, pourquoi diable parler de guerre contre la Covid-19 ?!...
A-t-on prévu de signer un armistice ou même carrément la paix avec l’armée des SARS-CoV-2 ?!... (Bien que ce soit elle, je le rappelle, qui ait tiré la première !...)
« Non, cette pandémie n’est pas une guerre. Les nations ne s’opposent pas à d’autres nations, les soldats à d’autres soldats. C’est un test de notre humanité », a déclaré le président allemand lors d’une allocution télévisée. Cette crise « fait ressortir le meilleur et le pire des gens. Montrons aux autres ce qu’il y a de meilleur en nous », a-t-il conclu.
Cette dernière réflexion me semble tout de même être nettement plus profonde !

Mais il est vrai néanmoins que cette Covid-19 n’est pas une simple "grippette" ! Et dans un éclair d’humilité absolument incroyable venant de lui, mais qui ne disait pas son nom il est vrai, la star des maladies infectieuses a déclaré récemment : « Tout était bizarre dans cette maladie… La maladie au départ c’est le "virus" et puis ça devient une association "virus-réponse immunitaire". Ensuite c’est essentiellement "réponse immunitaire", il n’y a presque plus de virus. Et ensuite, ce n’est même plus une réponse immunitaire, c’est lésionnel, les tissus sont détruits… »3
Quoi qu’il en soit, cette Covid-19 est de toute façon une vraie saleté finalement !

Mais je ne voudrais pas conclure ce billet sans avoir, avec notre Directeur Général, Jean-Pierre FAYE, remercié toutes et tous les professionnel(le)s de notre association. Les remercier toutes et tous du fond du cœur !
Henri LABORIT a écrit : « Confronté à une épreuve, l'homme ne dispose que de trois choix : 1- combattre ; 2- ne rien faire ; 3- fuir ».4 Eh bien toutes et tous les professionnel(le)s de notre association ont réussi à inventer un quatrième choix : « Pendant la crise, la vie continue ! » est devenu leur credo.
Je ne pensais pas que ce ne soit possible, mais ils l’ont fait !
Et j’avoue avoir été épaté par l’énergie, la détermination et la solidarité… dont ils ont su faire preuve durant cette période particulièrement difficile, mais aussi par leur courage et leur créativité, mises au service des patients/usagers dont ils ont assuré le suivi dans un environnement dont le moins que l’on puisse dire est qu’il n’était pas vraiment favorable.

Certes nous ne sommes pas encore au bout de nos peines, le virus circule toujours et nous ne savons pas encore si les choses vont continuer de s’apaiser. Mais nous savons maintenant que nous pourrons continuer de compter sur nos professionnels, sur leur énergie, leur détermination, leur solidarité, leur courage et leur créativité, dans toutes les prises en charge dont ils ont la responsabilité.

Continuez de vous protéger en protégeant les autres.

Nous vous souhaitons d’excellentes vacances.

 

Le Président,
Docteur Bernard MARTIN


1 C’est lui-même qui l’a déclaré dans une vidéo publié le 02/06/2020 à 20:45, par Le Point.fr, en concluant : "C’est moi, l’élite…" On n’est jamais mieux servi que par soi-même !

2 Il faut quand même dire que la surmortalité en Ile-de-France a été de +83% entre le 1er mars et le 4 mai 2020 par rapport à la même période de 2019 et que 89% des décès constatés concernaient des personnes âgées de plus de 65 ans.

3 Le Professeur Didier RAOULT lors de son audition du 24 juin 2020, par la commission d'enquête parlementaire.

4 Proposition illustrée par Alain Resnais dans son film Mon oncle d'Amérique (sorti en 1980).


Téléchargez la lettre du Président au format PDF :

- Juillet 2020